Comparez les logiciels
Informez-vous

Communiqué de presse,
actualité et interview...

<< Retour

 

Digital Literacy : une nouvelle perspective d’apprentissage

Le défi de la transformation

L’évolution vers le tout digital induit une grande confusion au sein des entreprises. Ce n’est pas surprenant dans la mesure où les nouvelles technologies chamboulent aussi bien les habitudes de travail et - partant de là - les techniques de management, que les techniques marketing et les modèles RH.

Le cabinet d’analystes américain Gartner prévoyait en 2015 la disparition de 50% des emplois liés au processus commercial d’ici à 2018. McAfee et Brynjolfsson comparent dans The Second Machine Age (2014) la situation actuelle avec les prémices de la première révolution industrielle aux XVIIIème et XIXème  siècles. Leurs recherches prédisent également une automatisation des emplois à hauteur de 67% dans les trente ans à venir.

Le changement n’est jamais simple et les nouvelles technologies ont toujours inspiré à la fois admiration et peur. Enfant de l’informatique, je reste convaincu que l’ère du digital peut apporter à toutes les organisations de nouveaux moyens d’exploiter un potentiel autrefois inconnu, mais à certaines conditions.

 Pour paraphraser les experts de notre Faculty Ed Lawler et Chris Worley, une entreprise doit se construire sur la notion du changement pour être dans une démarche permanente d’inspection et de restructuration. Face à la mécanisation de l’ère industrielle et ses promesses de simplicité et rendement n’avaient déjà d’autres options que de repenser leur organisation interne et de prendre des décisions tranchées pour éviter de se voir rapidement rattrapées par la concurrence, ce qui amena d’ailleurs bon nombre d’entre elles à cesser leur activité. De même, le monde informatisé actuel nécessite une restructuration délibérée et complète de l’entreprise autour de nouveaux concepts. Choisir le paraître ou la rapidité d’exécution ne résout en rien le problème et a pour seul bénéfice d’apaiser les craintes des membres du comité de direction.

J’ai eu affaire à beaucoup d’organisations qui pour soutenir la course au digital, ont choisi de préparer leurs équipes à l’utilisation de nombreux logiciels. De nombreuses solutions disponibles sur le marché promettent de former à la « digital literacy » (soit l’alphabétisation numérique). Un tel effort est louable, mais apprendre à un salarié quel bouton utiliser pour créer un diagramme dans une feuille de calcul ou comment signer électroniquement un document n’est pas suffisant. L’idée de digital literacy va bien plus loin et nécessite une approche du problème approfondie.

« Capacités informatiques » ne signifie pas Digital Literacy

Nombreux sont les usages imparfait de la technologie. Qui n’a jamais expérimenté par exemple les déboires de visioconférences ? Je ne parle pas simplement de problèmes purement techniques mais de parole coupée, de manque d’écoute, de sensation d’exclusion de débats de manque de perception de ce qui se passe réellement entre les participants. ), Selon Anne-Laure Fayard, expert au sein de notre Faculty, c’est parce que la partie la plus importante du meeting sont les minutes précédant son démarrage, quand les participants se serrent la main, boivent un café et parlent du film qu’ils ont vu dernièrement. L’utilisation de la technologie comme outil de sociabilisation se traduit donc ici par une forme de censure de certains moments d’interaction qui contribuaient à créer des relations de confiance durable entre participants.

Bien sûr, il est nécessaire de savoir comment utiliser un logiciel de visioconférence et cette simple compétence est parfois mal maîtrisée. Il est des chiffres qui inquiètent : près de 40% des travailleurs dans l’U.E. manquent de compétences en informatique et 14% n’en ont tout simplement pas. Aux Etats-Unis, environ 60 millions de candidats à l’embauche sont écartés à cause de leur défaut de connaissances informatiques : environ 20% de la population adulte Américaine n’utilise pas internet chez elle, au travail, à l’école, ou sur des appareils mobiles. Au Royaume-Uni, 6 millions de personnes ne sont jamais allés sur Internet et 9,5 millions n’ont pas les connaissances requises. Pour compliquer un peu plus les choses, les outils informatiques apparaissent et disparaissent vite, évoluant et ajoutant régulièrement de nouvelles fonctionnalités. Un programme de formation ayant pour intention de combler nos lacunes digitales de manière permanente, doit le faire en plusieurs étapes.

Quand bien même ces compétences basiques seraient à jour, ce ne serait en aucun cas suffisant pour une utilisation optimale. Pensez à un adolescent apprenant à conduire ; Avoir à sa disposition un panel de compétences variées est nécessaire. Il faut savoir comment démarrer le moteur,  freiner, changer les pneus ou faire le plein d’essence… Cependant, si le conducteur veut se déplacer d’un point A à un point B prudemment mais rapidement, d’autres savoirs sont tout aussi utiles. Il/elle aura besoin de savoir analyser le trafic pour prendre des décisions rapides à chaque nouvelle situation. Le conducteur se doit aussi de respecter le code de la route et d’avoir une bonne attitude au volant. Toutes ces compétences sont connectées et interdépendantes. Leur maîtrise doit être acquise simultanément.

La digital literacy est fondée sur le même principe. Académiquement parlant, la digital literacy est définie comme l’articulation de trois disciplines ou plus qui doivent s’assembler harmonieusement. Warschauer et Matuchniak ont identifié comme capacités interdisciplinaires particulièrement importantes : 1. L’information, les médias et la technologie, 2. Les connaissances liées à la formation et l’innovation, 3. Les compétences apprises de manière informelle, dans sa vie personnelle et sa carrière.

Si l’objectif d’une entreprise est de rendre ses employés autonomes en informatique (et ainsi accompagner leur transformation digitale), se cantonner à les entrainer sur différents types de logiciels ne résout qu’une partie du problème et révèle souvent bien tardivement le besoin  de maîtriser d’autres compétences nécessaires pour la digital literacy. Prenons à nouveau l’adolescent apprenti conducteur. Conduire sur une route gelée est différent de conduire sous la pluie. Chacune de ses situations appelle à des comportements analytiques et des réactions différentes, qui s’adaptent à la densité du trafic et à des stimuli externes, par exemple la présence des troncs d’arbre en travers de la route.

De la même manière, la digital literacy est formée de compétences dépendantes et adaptées à leur contexte d’utilisation. Elle regroupe donc interaction et maîtrise de toutes ces capacités, applicables à nouveau dans une multitude de situations. Plutôt qu’un savoir technique, fonctionnel et comportemental dans un contexte particulier, il est nécessaire d’avoir une maîtrise de l’ensemble des sous-compétences associées à des environnements variés, comme lors de la conduite d’une voiture pour savoir si le conducteur est bon. Par conséquent, ces compétences devant être pratiquées de manière simultanée, elles doivent aussi être apprises comme telles.

Le sommet de l’iceberg

Quoique nécessaire, la compétence informatique pure n’est donc qu’une partie restreinte des compétences nécessaires pour survivre au coeur de la transformation digitale. La formation se doit de proposer une variété de sujets pour aider les organismes à faire face aux nouveaux enjeux qui les attend et les surmonter.

Comment une entreprise peut-elle se servir de la numérisation pour innover ? Collaborer ? Vendre ? Trouver de nouveaux clients ? Attirer et retenir une main d’œuvre talentueuse ? Gagner de la visibilité et construire une notoriété de marque ? L’utilisation de chacun de ces compétences fondamentales implique d’employer une technologie qui nécessite des compétences interdépendantes et interdisciplinaires. Ces dernières doivent par ailleurs être adressées simultanément et contextualisées de manière à leur donner une valeur pérenne.

C’est à ce prix que les entreprises pourront prendre le virage de la transformation digitale.

\\
Jason Hathaway – Head of Content & Learning Solutions – CrossKnowledge

Découvrez l’article complet sur la notion de Digital Literacy sur le blog Learning Wire : http://learningwire.crossknowledge.com/fr/digital-literacy/

Pour aller plus loin sur la façon dont CrossKnowledge accompagne les entreprises dans la construction d’une culture digitale profonde : http://www.crossknowledge.com/fr/solutions/culture-digitale

 

 

 

La CrossKnowledge Learning Suite combine innovation, savoir-faire pédagogique et bibliothèques de contenus prestigieux pour vous aider à vous concentrer sur l’essentiel : le développement de vos talents. Elle est constituée d’applications exclusives dédiées au déploiement des stratégies de formation.

Elle permet de mettre en œuvre des projets :
• de blended learning avec la technologie Training Solutions ;
• de social learning avec la technologie Community Solutions ;
• de formation tutorée avec la technologie Mentoring Solutions ;
• de création de contenus e-learning métiers avec l’outil auteur Mohive.
… et d’offrir une nouvelle expérience d’apprentissage.

Selon CrossKnowledge, elle ne doit plus se limiter au présentiel et au e-learning, mais doit combiner formel et informel (dialogues en ligne, blogs, etc.), parcours longs et formation immédiate, expérience d’apprentissage sur PC ou en situation mobile, le tout de façon intégrée en un seul espace : le « Learning Portal ».

Voir la fiche de ce logiciel

Communiqués de l'éditeur


> 06/04/2017 - La formation doit être accessible partout et à tout moment

> 17/03/2017 - Comment le Big Data permet-il d’optimiser la formation en entreprise

> 27/10/2016 - CrossKnowledge dope ses recrutements pour accompagner sa croissance à 2 chiffres

> 22/09/2016 - Avec Blendedˣ, CrossKnowledge fait franchir une nouvelle étape à la formation à distance

> 01/08/2016 - 14 nouveaux vidéocasts pour mieux communiquer à l’ère du digital avec Anne-Laure Fayard.

> 26/05/2016 - Le challenge L’Oréal Brandstorm 2016 porté par les solutions digitales de CrossKnowledge

> 16/05/2016 - Digital Literacy : une nouvelle perspective d’apprentissage

> 24/03/2016 - CrossKnowledge apporte aux entreprises une réponse 100% intégrée aux défis de l’apprentissage mobile

> 23/09/2015 - Prédisez l’avenir grâce au crowdsourcing

> 04/09/2015 - Améliorer le ROI de la formation grâce aux outils d’aide à la performance (PST)

> 24/07/2015 - CrosKnowledge lance " Learn ", sa nouvelle application mobile !

> 16/07/2015 - CrossKnowledge Hub: une richesse inégalée de services d'intégration

> 16/06/2015 - CrossKnowledge sélectionné dans le « TOP 20 Content Development Companies List » 2015

> 02/06/2015 - Nouveau cas clients en vidéo : Société Générale

> 21/05/2015 - Découvrez 2 nouveaux cas clients en vidéo : Société Générale et Agnico Eagle Mines

> 28/04/2015 - Les technologies CrossKnowledge, massivement primées aux Brandon Hall Excellence in Technology Awards 2014

> 22/04/2015 - Nouvelle colection de videocasts sur la transformation digitale avec Martha Gabriel

> 17/04/2015 - CrossKnowledge dévoile sa nouvelle collection de modules e-learning

> 09/04/2015 - CrossKnowledge sélectionné dans le “Top 20 Leadership Training Companies” 2015

> 01/04/2015 - CrossKnowledge élu dans le “Top 20 Authoring Tools Companies List” 2015

> 17/03/2015 - Nouvelle série de vidéocasts sur les défis de l'entreprise de demain par Jeanne Meister

> 05/09/2014 - CrossKnowledge dans le “TOP 20 Learning Portal 2014” de TrainingIndustry.com

> 27/08/2014 - Des MOOCs accessibles sur la plateforme CrossKnowledge

> 16/04/2014 - Wiley signe un accord définitif en vue d’acquérir CrossKnowledge

> 28/01/2014 - Lancement de la 4ème édition de la conférence annuelle de la CrossKnowledge Academy

> 16/01/2014 - Les solutions CrossKnowledge primées lors des Brandon Hall Excellence Awards 2013

> 19/12/2013 - La CrossKnowledge Foundation soutient l’association ‘Nos Quartiers ont des Talents’

> 15/11/2013 - Nouveaux videocasts pour la gestion des comptes clés avec Diana Woodburn de l'université de Cranfield

> 09/09/2013 - Nouveau programme : Relever les défis intergénérationnels

> 09/07/2013 - Lancement de la version 13.1 de la CrossKnowledge Learning Suite

> 03/06/2013 - Interview (e-learning) - Steve Fiehl, Chief Innovation Officer chez CrossKnowledge, répond à nos questions sur ses logiciels